Comment gérer une entreprise quand on est enceinte ?

Vous attendez un « heureux événement ». Mais quand on dirige une entreprise, il n’est pas toujours simple d’arriver à tout concilier. Voici quelques conseils pour vous aider à mieux appréhender ce futur changement.

Prendre un congé maternité. Qui oserait le refuser ? D’autant plus que ce n’est pas comme si on vous offrait des vacances. Mais, si une employée peut être remplacée pendant quelques mois, une dirigeante ne peut pas s’éloigner de son entreprise aussi longtemps. Au risque de voir le navire partir à la dérive. D’ailleurs, elles n’y pensent souvent même pas. Au maximum, elles s’arrêteront une, deux, trois, peut-être quatre semaines. Et encore, elles vont se renseigner sur l’évolution des différents dossiers.

Pour se donner les meilleures chances de gérer cette nouvelle vie de maman tout en restant une entrepreneure avertie, nous vous proposons quelques conseils.

Apprenez à vous fixer des limites

Être enceinte est un peu une course contre la montre. Une journée de travail ne sera pas la même à trois mois qu’à sept mois. Autrement dit, ne comptez plus faire des voyages d’affaires avant un bon moment. Oubliez aussi les réunions qui se terminent en milieu de soirée. Il faut apprendre à se préserver.

Concrètement, une chef d’entreprise doit apprendre à hiérarchiser encore plus strictement ses tâches quotidiennes. Au fil des semaines et des mois, tout ce qui ne mérite pas votre attention doit être délégué à des collaborateurs. Si vous ne respectez pas cette hygiène de travail, vous ne tiendrez pas la route. Et, au final, c’est l’entreprise qui en pâtit.

Apprenez à faire évoluer votre rôle de dirigeante

L’entreprise ne sera plus la même après ces neuf mois. Au début, l’entrepreneure travaille avec la joie au ventre. Une énergie qu’elle va devoir cependant apprendre à gérer au fil des semaines. Ce qui va se ressentir dans votre manière de manager vos collaborateurs.

Entre les nausées, les coups de fatigues et autres désagréments liés à cet « heureux événement », vous allez parfois être à la moitié de vos capacités. Aussi est-il important de travailler encore plus en amont. Acceptez de travailler davantage par mail, Skype, Facetime.

Prévenez l’entreprise de votre grossesse

Tout le monde ne comprend le statut de femme enceinte. Certaines personnes ne se sentiront pas vraiment à l’aise : « Faut-il que je me comporte autrement ? », « Est-ce que je dois lui en parler ? ». A la dirigeante alors de fixer les règles de conduite.

D’ailleurs, n’hésitez pas à en parler lors des déjeuners. Bien sûr, adaptez votre discours à votre auditoire. Mais, essayez d’inclure –dans les limites du raisonnable – votre aventure. Pourquoi d’ailleurs ne pas faire des parallèles avec des moments clés de la vie de la société : rachat d’une entreprise, création d’un nouveau secteur, etc.

Pour faciliter la conversation, les dirigeantes ont intérêt à mettre le sujet sur le tapis assez tôt.

Comprenez que vous n’êtes pas un super héros

Ces neuf mois vont bouleverser la routine de l’entreprise et de sa dirigeante. Habituée à virevolter au gré des aventures entrepreneuriales, la dirigeante va devoir se résoudre à déléguer une partie de ses tâches actuelles. C’est dans ces moments qu’elle doit pouvoir compter sur ses associés. Elle doit savoir accepter de rentrer chez elle plus tôt, si ses forces la quittent. C’est mieux pour l’entreprise.

Repoussez les réunions qui ne sont pas indispensables au bien-être de l’entreprise. Toute autre considération est une perte de temps et d’énergie pour l’entrepreneur.