Création d’entreprise : les 7 erreurs à éviter !

Créer son entreprise est toujours vécu comme un nouveau grand départ. Découvrez les 7 erreurs les plus fréquentes que peuvent faire les entrepreneurs durant la création de leur entreprise, pour mieux les éviter !

Choisir la forme sociale de son entreprise au hasard

Exit la notion d’entrepreneur : vous serez gérant de SARL, président de SASU… Et qui dit gérant/président dit forcément responsabilité : vous devenez responsable du projet sociétal de votre société.  Aussi, lorsque vous créez une société, différentes formes sont possibles :

  • SARL ou SAS lorsque vous êtes au moins deux associés. Notez toutefois que la SAS, par nature contractuelle, offre davantage de flexibilité que la SARL, dont les dispositions sont définies par la loi.
  • EURL ou SASU lorsque vous êtes seul. Attention, d’office vous cotiserez auprès du RSI lorsque vous choisissez l’EURL.

Pour aller plus loin, consultez notre fiche conseil pour savoir choisir la forme juridique de son entreprise.

Négliger le montant du capital social

Aujourd’hui, et depuis quelques années déjà, il est possible de créer une société avec 1 euro de capital. Toutefois, en pratique, cela n’est pas recommandé. Et principalement pour deux raisons : le montant du capital, c’est d’abord la première trésorerie de votre société, mais c’est aussi le montant des garanties pour vos créanciers (banquiers, fournisseurs…) dans le cadre de délai de paiement que vous pourrez leur demander. Enfin, le montant du capital peut aussi être perçu comme le montant de votre engagement personnel…

Pour aller plus loin, consultez nos fiches conseils sur les apports en capital social ainsi que sur les avantages et inconvénients à créer une société avec 1€. 

Le capital social : négliger ses relations avec la banque

Votre banque s’avèrera être un précieux allier au cours de la vie de votre société… Attention donc à ne pas négliger vos relations ! Tout d’abord, votre conseiller bancaire, au moment de l’ouverture de votre compte bancaire professionnel fera un premier diagnostic de votre société. Sa (ou ses) réponse(s) pourra être un important signal pour vous : prévoyez ainsi la possibilité de faire appel à ses services en cas de besoin (et surtout, en anticipation des besoins).

Mal choisir ses associés

Les premiers désaccords entre associés peuvent parfois apparaître dès les premières semaines de la vie de votre société. Comment réagir dans ce cas ? Tout d’abord, calmez le jeu. Nul besoin de s’affoler dans les premiers instants de la vie de votre société. N’oubliez pas votre objectif : réaliser du chiffre d’affaires et faire en sorte que votre aventure entrepreneuriale vous permette d’en vivre.

Mais surtout, anticipez et sécurisez votre situation. Lorsque l’on crée une société, et d’autant plus lorsque les associés sont à 50-50, un pacte d’actionnaires s’impose. Il fixera, d’avance et avant que les premières rancœurs ne surgissent, les comportements de chacun, les portes de sorties, mais également les modes de résolution d’éventuels conflits… Un budget est certes à prévoir, mais c’est la garantie d’évoluer en toute sérénité.

Négliger son entourage

Lors de la création de votre entreprise, vous vous apercevrez vite qu’en réalité, vous n’êtes pas seul(e). Votre famille, vos parents, vos conjoints… font également partie de votre aventure entrepreneuriale. Horaires flexibles, stress, réunions téléphoniques, etc., votre quotidien risque d’être bousculé et le leur également. Autant les prévenir à l’avance et obtenir leur consentement.

Ne pas savoir s’entourer

Créer, entreprendre, lancer sa société… Beaucoup de conseils et de méthodes sont disponibles sur internet mais tous ne se valent pas. Savoir s’entourer par de vrais professionnels, c’est aussi savoir prendre le temps d’écouter, et parfois d’accueillir les critiques constructives. Devenir chef d’entreprise, cela passe aussi par cela : savoir s’entourer pour faire les bons choix. N’oubliez pas ce qui devrait être votre leitmotiv : la pérennisation de votre activité.

Ne pas réaliser de Business Plan !

Dernier point, et non des moindres : la réalisation de votre business plan (aussi appelé : plan d’affaires). Votre business plan a pour objectif de vous projeter 3 ou 5 ans dans le futur. Recenser les charges obligatoires, les dépenses à prévoir (prospection, publicité…), mais également les ventes que vous allez réaliser, et donc votre chiffre d’affaires. Cela vous permettra aussi d’anticiper le moment où vous allez pouvoirs vous rémunérer (ce qui n’est pas une mince affaire).