Smart Me Up, la start-up française qui veut analyser votre visage

Smart Me Up est une jeune pousse dans le monde de l’Intelligence Artificielle. Une start-up jeune (créée en 2012) que vous ne connaissez peut-être pas encore, et qui propose pourtant une technologie révolutionnaire, permettant la reconnaissance faciale, entre autres via les objets connectés. Présentation de cette entreprise grenobloise qui fait appel à des technologies poussées de Machine Learning et d’IA, et qui augure de nouveaux usages renversants.

La reconnaissance faciale, c’est « has been », place à l’analyse faciale

Smart Me Up à développer une technologie d’analyse faciale pour les vidéos ultrarapide. La reconnaissance faciale, un sujet pas vraiment innovant ? C’est vrai, les solutions de reconnaissance des visages ne sont pas vraiment nouvelles. Depuis plusieurs années, voire décennies, l’identification des visages est un domaine souvent mis en avant… mais alors quelle est la révolution que propose Smart Me Up ? L’analyse faciale en temps réel. La start-up a développé sa propre technologie d’analyse des images, permettant de scanner 25 à 30 fois par seconde une vidéo. Reconnaître un visage, ce n’est pas (plus) suffisant. Smart Me Up utilise de nombreux algorithmes très rapides (en moins de 30 millisecondes) qui peuvent identifier si la personne qui apparaît à l’écran sourit ou non, ouvre ou ferme les yeux. Smart Me Up est même capable de donner un âge approximatif à l’intervenant. C’est cette capacité de « caractériser » un individu, lui attribuer un profil démographique, et même de l’identifier, qui fait la force du logiciel développé par Smart Me Up. Une vraie innovation selon Loïc Lecerf, directeur général et fondateur de Smart Me Up : « Contrairement aux technologies de reconnaissance faciale, destinées à identifier une personne, l’analyse faciale fournit d’autres informations : si c’est un homme ou une femme, si la personne est contente ou pas, jeune ou vieille, quelle est sa position dans l’espace ».

L’analyse faciale et ses applications multiples

Dans un photomaton, pour que les photos soient déclarées conformes, il faut avoir les yeux ouverts, le visage bien dans l’axe, et ne pas sourire. C’est une des premières applications concrètes de la technologie basée sur l’Intelligence Artificielle développée par Smart Me Up et son fondateur Loïc Lecerf, ex-doctorant en Intelligence Artificielle de 35 ans qui a décidé de lancer son projet en France, à Grenoble. Les possibilités de cette analyse faciale ne s’arrêtent pas là.

  • En intégrant l’analyse faciale à un appareil photo domestique, il est possible de détecter lorsque le sujet que l’on souhaite photographier sourit et regarde l’appareil directement, afin de déclencher le cliché au bon moment ;
  • Dans l’automobile, cette technologie pourrait détecter la somnolence du conducteur au volant, et ainsi envoyer des signaux d’alarme pour éviter l’accident ;
  • En matière de gestion des transports et de politique de la ville, l’analyse faciale peut analyser le trafic des gares en temps réel. Il est aussi possible de comptabiliser l’audience des affiches publicitaires dans nos rues, en sachant précisément le nombre d’individus qui les ont regardés ;
  • Pour la grande distribution, l’analyse faciale permettrait de comprendre l’interaction des consommateurs avec les produits, et ainsi optimiser le rayonnage ;
  • Smart Me Up s’invite aussi dans le monde des objets connectés. En intégrant cette technologie à un robot ménager, par exemple un aspirateur ou un réfrigérateur, celui-ci pourra s’adresser de manière personnalisée à son interlocuteur en ayant reconnu son visage à l’avance.

Après un chiffre d’affaires 2014 de 250 000€, Smart Me Up vient de réaliser une levée de fonds de 3 millions d’euros. Un financement destiné à accélérer le développement de cette technologie, et notamment sa commercialisation.

Smart Me Up, un bel exemple de pépite dans le monde de l’Intelligence Artificielle, et dont la technologie pourrait bien révolutionner notre quotidien.

Le thème de l’Intelligence Artificielle vous intéresse? N’hésitez pas à consulter notre article sur ce sujet.