Impôt sur les sociétés : c’est quoi un report de déficit ?

19 novembre 2019

Note moyenne : 5/5 (1 vote(s))

Les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) qui subissent des déficits au cours d’un exercice peuvent les reporter sur les bénéfices des exercices précédents ou ultérieurs.

Qu’est-ce que c’est ?

Le report des déficits permet d’imputer les pertes réalisées au cours d’un exercice sur les bénéfices passés ou futurs. Le principal avantage de ce mécanisme est qu’il permet de compenser les résultats entre eux.

Une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés peut ainsi opter pour l’une des deux méthodes de report des déficits fiscaux existantes : en avant ou en arrière.

Un report de déficit, comment ça fonctionne ?

Lorsque votre société réalise un exercice déficitaire, vous pouvez faire le choix de reporter ce déficit sur vos bénéfices ultérieurs ou sur le bénéfice de l’exercice précédent.

IS et report en avant

En choisissant le report en avant, vous pouvez imputer la perte de votre exercice sur les résultats bénéficiaires suivants. En effet, celui-ci est considéré comme une charge déductible du bénéfice et ce, sans aucune limitation de durée. Toutefois, votre déficit est plafonné à 1 million d’euros par an, majoré de 50% de la fraction du bénéfice supérieure à ce plafond.

Bon à savoir : si le bénéfice de l’exercice suivant n’est pas en capacité n’absorber la totalité du déficit, l’excédent pourra être reporté dans les mêmes conditions. Par exemple, votre société est déficitaire à hauteur de 40 000€ sur l’exercice 2016. En 2017, vous réalisez un bénéfice de 10 000€ sur lequel vous allez imputer votre déficit de 2016. Votre résultat imposable sera nul et vous ne paierez pas d’impôt. Le déficit en instance de report sera alors de 30 000€ et il sera reportable sur les années suivantes.

IS et report en arrière (ou « carry back »)

Limité à un seul exercice, le report en arrière permet d’imputer un déficit fiscal sur un bénéfice déjà réalisé pour récupérer l’impôt sur les sociétés déjà payé. Ce report a pour conséquence de faire naître une créance d’impôt de l’Etat envers la société. Si cette dernière refait des bénéfices, la créance sera imputable sur l’impôt que devra payer la société les exercices suivants. Sinon, elle sera remboursable au bout de 5 ans. Attention, notez bien que le montant du déficit reportable en arrière est plafonné à 1 million d’euros. Par conséquent, si la perte est supérieure, le solde sera alors reportable en avant.

Si vous optez pour le report en arrière, vous devez indiquer votre demande à la rubrique « déficit de l’exercice reporté en arrière » de votre déclaration de résultats. Une déclaration spéciale (n°2039-SD) devra également déposée avec le relevé du solde de l’IS.

Opter pour le report en arrière permet de générer une créance envers l’Etat qui, si elle n’est pas utilisée pour payer l’IS, sera toujours remboursable au bout de 5 ans. Moins avantageux comptablement, le report en avant est toutefois très intéressant. Quoi qu’il en soit, et parce que chaque situation est unique, nous vous conseillons de vous faire accompagner par un expert-comptable.

Le conseil de Mathieu

« Les mécanismes de report de déficit existants sont intéressants car ils permettent de générer un avantage fiscal en cas de déficit. Le report en avant étant le système le plus classique mais aussi le plus simple. »

Mathieu Chauveau, Expert-comptable
Le conseil de Mathieu, Expert-Comptable
Cet article vous a plu ?
Note moyenne : 5/5 (1 vote(s))

Sur le même sujet

comptabilite en ligne 28
Impôt sur les sociétés : c’est quoi un report de déficit ?

Les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) qui subissent des déficits au cours d’un exercice peuvent les reporter

comptabilite en ligne 4
Déficits dans les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), comment bien les gérer ?

Dans les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (IS), les associés personnes physiques ne peuvent reporter le déficit constaté

comptabilite en ligne 1
Quel régime d’imposition fiscale des bénéfices : IS ou IR ?

Il existe deux régimes d’imposition des bénéfices pour une entreprise. En effet, celle-ci sera soit soumise à l’impôt sur le revenu (IR)