21 novembre 2019

À la clôture de l’exercice comptable et après l’établissement de leurs comptes annuels, les sociétés ont l’obligation de procéder à l’approbation des comptes et décider de l’affectation du résultat en assemblée générale ordinaire. Une part des bénéfices doit obligatoirement être affectée à ce que l’on appelle la « réserve légale ». Le point sur celle-ci.


La réserve légale : définition

La réserve légale est un compte comptable de réserve dans lequel certaines sociétés ont l’obligation d’affecter une partie de leurs bénéfices. Attention, il ne s’agit pas d’une réserve de trésorerie mais d’une ressource inscrite au passif du bilan comptable de l’entreprise. Elle constitue donc un élément du patrimoine.

Quelles sont les obligations concernant la réserve légale ?

Cette obligation de constituer une réserve légale concerne les sociétés à responsabilité limitée (SARL, EURL) et les sociétés par actions (SAS, SASU, SA…). Ainsi, lorsque l’entreprise réalise un bénéfice, les associés sont tenus d’affecter au moins 5% à la réserve légale jusqu’à ce que celle-ci atteigne le seuil des 10% du capital social. La dotation se fait tous les ans lors de l’affectation des résultats en assemblée générale. Parvenu au 10%, cela cesse d’être une obligation.

Si il y a une modification du capital social, voici les normes applicables :

  • augmentation de capital social : poursuivre la dotation à la réserve légale jusqu’à l’atteinte du seuil (10% du nouveau capital social),
  • réduction de capital social motivée par des pertes : reconstituer la réserve légale jusqu’à l’atteinte du seuil (10% du nouveau capital social),
  • réduction de capital social non motivée par des pertes : fraction de la réserve légale qui excède le seuil de 10% peut être affectée ailleurs.

Bon à savoir : il existe d’autres réserves comme les réserves statutaires ou facultatives. Non obligatoires et réglementées par la loi, celles-ci sont alimentées sur décision des associés et n’ont pas de montant minimum ou maximum à respecter (hors disposition statutaire contraire).

À quoi sert la réserve légale ?

En affectant une partie des bénéfices à  la réserve légale, une entreprise va augmenter ses fonds propres. Ainsi, cela lui permet de renforcer ses garanties et d’accroître sa capacité d’autofinancement et d’investissements. L’obligation d’atteindre le seuil légal des 10% du capital social repose sur l’aptitude d’une entreprise à anticiper d’éventuelles pertes.

L’affectation du résultat est un moment important dans la vie d’une société. Faites-vous conseiller par un expert-comptable pour évoluer en toute sérénité et éviter de lourdes sanctions.

Cet article vous a plu ?
Vous cherchez un cabinet d’expertise comptable adapté à vos besoins ?Confier votre comptabilité

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aucun commentaire sur cet article.