BTP : sous-traitance et auto liquidation de la TVA - Ça Compte Pour Moi
Logo CCPM
27 November 2019

Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), un mécanisme d’autoliquidation de la TVA est mis en place lorsque les travaux sont effectués par un sous-traitant pour le compte d’un donneur d’ordre assujetti à la TVA. Sous-traitance, TVA et auto-liquidation : explications et fonctionnement du mécanisme.


Qui sont concernés ?

Ce dispositif concerne le sous-traitant auquel un entrepreneur confie, sous sa responsabilité, l’exécution de tout ou partie d’un contrat (privé ou public) conclu avec un maître d’ouvrage. Ainsi, il est applicable aux :

  • travaux de construction,
  • réparation,
  • nettoyage
  • d’entretien
  • de transformation
  • démolition en relation avec un bien immobilier.

Attention, les travaux de nettoyage faisant l’objet d’un contrat de sous-traitance séparé ne sont pas concernés par ce dispositif.

Mécanisme d’auto-liquidation de la TVA en cas de sous-traitance : comment ça fonctionne ?

Depuis le 1er janvier 2014, c’est l’entreprise principale qui est redevable de la TVA sur les travaux immobiliers qu’elle sous-traite. La TVA doit être collectée, déclarée, puis reversée à l’Etat par l’entrepreneur titulaire du marché, et non par le sous-traitant.

Bon à savoir : si le sous-traitant est soumis au régime de la franchise en base de TVA, l’entrepreneur principal n’aura pas à collecter la TVA du sous-traitant.

Auto liquidation de TVA : quelles obligations ?

Dans la pratique, ce mécanisme d’auto-liquidation de TVA se traduit par certaines obligations déclaratives que ce soit pour l’entrepreneur principal ou pour le sous-traitant.

Ainsi, le sous-traitant doit établir ses factures en hors taxes, sans TVA. Toutefois, il doit y préciser la mention « Autoliquidation – TVA due par le preneur » afin de justifier qu’il n’ait pas collecté la taxe.

Bon à savoir : le sous-traitant peut déduire la TVA supportée sur ses propres dépenses.

Quant à l’entrepreneur principal des travaux, il doit facturer au maître d’ouvrage l’intégralité du marché avec TVA, et auto-liquider ensuite (c’est-à-dire collecter et déduire à la fois), la TVA des travaux sous-traités.

Mise en pratique

Prenons l’exemple d’un entrepreneur principal qui fait appel à un sous-traitant pour la réalisation de travaux. Ces derniers sont éligibles au mécanisme d’autoliquidation de la TVA pour un montant total HT de 10 000€.

Le sous-traitant facturera l’entrepreneur principal sans TVA pour 10 000€. Il doit mentionner sur ses factures « Auto-liquidation – TVA due par le preneur ». L’entrepreneur principal est alors redevable de la TVA sur les travaux immobiliers. En outre, il collectera 2 000€ (10 000€ x 20%) et déduira 2 000€ (10 000€ x 20%) au titre des ces prestations.

Cet article vous a plu ?
Vous cherchez un cabinet d’expertise comptable adapté à vos besoins ?Confier votre comptabilité

Poster un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Aucun commentaire sur cet article.