Afin de mettre des fonds à disposition de son entreprise, l’entrepreneur peut choisir d’effectuer des apports en capital ou des apports en compte courant d’associé.

DÉFINITIONS

Pour créer une société civile ou commerciale, les associés vont effectuer des apports. Ces derniers constituent le capital social de la société. En échange, les associés reçoivent des parts sociales, ou actions, à hauteur de leurs apports. Ils peuvent être effectués en numéraire, en nature ou en industrie.

Les comptes courants d’associés, aussi nommés apports en compte courant, constituent des  avances de fonds réalisées par les associés au cours de la vie de la société. Ils représentent la situation financière individuelle de chaque associé sans prendre en compte les apports constituant le capital social.

Tous deux considérés comme des dettes de l’entreprise envers ses associés, la principale différence entre ces types d’apports se situe au niveau de leur exigibilité. En effet, si les apports en capital ne sont en principe remboursés qu’au moment de la liquidation ou de la cession des parts sociales ; les apports en compte courant d’associés sont, quant à eux, remboursables à n’importe quel moment si la trésorerie le permet (sauf dispositions contraires).

COMMENT ÇA MARCHE ?

Les apports en capital effectués par les associés lors de la création de la société leur permettent de participer aux résultats de l’entreprise (pertes et bénéfices) à hauteur de leurs apports. En effet, les dividendes perçus seront fonction des bénéfices de la société et partagés selon le nombre de parts détenues.

En revanche, l’apport en compte courant est indépendant du pourcentage de détention des parts sociales. Tous les associés peuvent en faire, à condition de posséder 5% du capital social minimum. L’associé peut également percevoir un intérêt pour cette mise à disposition de fonds, qui va dépendre des sommes apportées et non des bénéfices de la société.

QUELS AVANTAGES ?

Effectuer un apport en capital va notamment permettre de :

  • Prendre part aux décisions et participer aux résultats de l’entreprise ;
  • Renforcer les capitaux propres de la société ;
  • Améliorer la structure financière de la société ;
  • Ouvre droit à une réduction d’impôt sur la revenu (sous réserve de respecter un certain nombre de conditions).

Un apport en compte courant d’associé permettra quant à lui de :

  • Récupérer les fonds apportés à tout moment si la capacité financière de l’entreprise le permet ;
  • Eviter les lourdes formalités liées à l’augmentation de capital ;
  • Consolider les apports de la société ;
  • Débloquer certaines subventions ou prêts bancaires. Notez tout de même, qu’en pratique, les financeurs externes peuvent demander à ce que soient bloqués les apports en compte courant durant une certaine durée ce qui annule l’atout indéniable du principe de remboursement à tout moment ;
  • Maintenir un certain équilibre par rapport à la répartition du capital social initial.
  • Déduire les intérêts du résultat imposable (plafonnés) à condition que le capital social soit entièrement libéré.

VAUT-IL MIEUX OPTER POUR UN APPORT EN CAPITAL OU EN COMPTE COURANT D’ASSOCIÉ ?

Selon la situation, il peut être plus intéressant de faire un apport en capital, en compte courant d’associé ou encore de panacher les deux.

Par exemple, lorsque la société est en bonne santé, panacher apport en capital et avance en compte courant est souvent conseillé.

Pour une activité en phase de démarrage susceptible de générer rapidement une marge intéressante, un apport en compte courant peut être intéressant pour récupérer rapidement ses apports.

En cas de besoins en financement récurrents, recapitaliser la société sera probablement plus judicieux pour augmenter la capacité financière de l’entreprise nécessaire à son développement. De même, si vous souhaitez gagner davantage de poids dans les décisions de gestion et récolter davantage de dividendes, préférez un apport en capital. Toutefois, dans ce cas, gardez à l’esprit qu’une augmentation en capital social demande d’accomplir des formalités beaucoup plus lourdes (organisation d’une AGE, modification des statuts, etc.).

Ce choix reste appréciable selon chaque situation. Pour être sûrs d’opter pour la meilleure solution, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel.

Le conseil de Mathieu, Expert-Comptable

Mathieu Chauveau
Expert-comptable

Le conseil de Mathieu, expert-comptable

« Lors d’une création, la détermination de la répartition entre capital et compte courant dépendra de votre situation (nombre d’associés, demande de financement, etc.). Faites-vous accompagner par un expert-comptable pour savoir quelle est la meilleure solution pour vous. »

Vous avez besoin d'en savoir plus ? Découvrez notre solution adaptée et bénéficiez d'un accompagnement et de conseils personnalisés !

Statuts et Immatriculation

Créateurs d'entreprises

A partir de 300€ HT / Unité

Je souhaite recevoir la newsletter et les invitations aux webinars

* champs obligatoires. En soumettant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient utilisées pour apporter une réponse par téléphone ou par e-mail à votre demande

Sur le même sujet