Bien qu’il n’existe pas de définition légale de l’abandon de poste, celui-ci est considéré comme la désertion injustifiée et prolongée d’un salarié à son poste. Selon les circonstances, les conséquences peuvent varier jusqu’à aller à un licenciement pour abandon de poste. Tout savoir sur l’abandon de poste : procédure, définition et conditions.

Qu’est-ce qu’un abandon de poste ?

Un abandon de poste est une situation où un salarié décide par lui-même, et sans autorisation de la part de son employeur, de cesser d’exercer ses fonctions. Il peut s’agir d’une sortie non autorisée par l’employeur pendant les heures de travail ou encore d’absences injustifiées et répétées.

Quelles sont les conditions pour procéder à un licenciement pour abandon de poste ?

Avant toute chose, il est nécessaire pour l’employeur de clarifier la situation. En effet, il pourrait s’agir d’une absence non intentionnelle : pour raisons de santé, suite à un grave problème familial ou encore dans le cadre du droit de retrait du salarié. Dans ces cas-là un licenciement est impossible.

Ainsi, vous devez vous assurer qu’il s’agisse bien d’un abandon de poste de la part de votre salarié. Il est conseillé de commencer par tenter de joindre directement votre salarié pour obtenir des explications. Si vous n’avez toujours pas de nouvelles, vous devrez alors envoyer une lettre de mise en demeure à votre salarié. Celle-ci doit lui demander de façon explicite de reprendre immédiatement son poste et de justifier son absence.

Abandon de poste : procédure  de licenciement

Lorsque l’abandon de poste est avéré, l’employeur peut recourir à un licenciement pour abandon de poste. En effet, celui-ci est considéré comme un motif réel et sérieux de licenciement, et est considéré comme une faute grave.

Il est alors nécessaire de suivre rigoureusement la procédure adéquate (celle-ci peut varier selon votre convention collective ou accord collectif) :

  • Convocation du salarié à un entretien préalable au licenciement ;
  • Conduite de l’entretien préalable ;
  • Notification du licenciement par lettre recommandée avec accusé de réception ;
  • Remise des documents de fin de contrat.

Bon à savoir : Durant toute la procédure de licenciement, le salarié n’est pas rémunéré et n’a pas le droit de travailler dans une autre entreprise. A l’issue de celle-ci, si la faute grave est avérée, les indemnités prévues en cas de licenciement ne seront pas à verser (excepté les congés payés restants). Sinon, le salarié percevra l’indemnité de licenciement, les indemnités compensatrices de préavis et de congés payés et enfin, la contrepartie financière prévue en cas de clause de non-concurrence.

Pour être sûr d’évoluer en conformité, faites-vous accompagner par un professionnel afin d’éviter les faux pas.

Vous avez besoin d'en savoir plus ? Découvrez notre solution adaptée et bénéficiez d'un accompagnement et de conseils personnalisés !

Solution pour la

Paye des salariés

à partir de 24€ HT / Mois

Je souhaite recevoir la newsletter et les invitations aux webinars

* champs obligatoires. En soumettant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient utilisées pour apporter une réponse par téléphone ou par e-mail à votre demande

Sur le même sujet