Désignation obligatoire d’un commissaire aux comptes : dans quels cas?

25 novembre 2019

Le commissaire aux comptes (CAC) est chargé par la loi, de contrôler la sincérité et la régularité des comptes annuels établis par une société. Membre d’une profession libérale règlementée, il est indépendant de la société et est tenu de révéler tous faits délictueux.

Explications

L’obligation de nommer, ou non, un commissaire aux comptes va dépendre de la forme juridique de votre entreprise et de différents seuils.

Son mandat est d’une durée de 6 exercices. Il doit rester en fonction durant celui-ci et ce, même si la société ne répond plus à l’obligation de désignation d’un CAC.

Commissaire aux comptes pour EURL et SARL : fonctionnement

Pour l’EURL et la SARL, la désignation d’un commissaire aux comptes sera obligatoire si deux des seuils suivants sont dépassés à la clôture de l’exercice : 1, 55 millions d’euros de total bilan, 3,1 millions de chiffre d’affaires  (CA) hors taxes (HT) et 50 salariés. La désignation du CAC se fera par l’associé unique de l’EURL, et en assemblée pour la SARL.

Les sociétés en nom collectif (SNC) et en commandite simple (SCS) auront également les mêmes obligations.

Commissaires aux comptes pour SA et SCA : comment ça marche ?

Ici, la désignation d’un commissaire aux comptes est obligatoire dès la création de la société et ce, sans conditions de seuils. Pour une SCA, le CAC sera désigné en assemblée générale ordinaire. Il en sera de même pour la SA, mais la désignation pourra également être faite sur proposition du conseil d’administration ou des actionnaires.

La société par actions simplifiées (SAS) : quelle obligation ?

Une SAS doit honorer cette obligation si elle dépasse deux des seuils suivants : 1 million d’euros de total bilan, 2 millions d’euros de CA HT, 20 salariés. La nomination se fait sur décision collective des associés ou sur proposition de la direction.

À noter que, si la SAS est contrôlée par une autre société, ou qu’elle en contrôle une autre, la désignation d’un CAC est également obligatoire.

Un commissaire aux comptes pour les associations : est-ce obligatoire ?

Il s’agit aussi d’une obligation pour les associations qui :

  • Perçoivent des subventions publiques ou des dons déductibles fiscalement supérieurs à 153 000 € par an.
  • Sont d’utilité publique ;
  • Émettent des obligations ;
  • Accordent des prêts pour des projets d’insertion, de création ou de développement d’entreprise.

Enfin, certaines entreprises auront quant à elles l’obligation de nommer deux commissaires aux comptes. Par exemple, pour la publication de comptes consolidés. Notez également que certaines opérations spécifiques peuvent exiger la désignation d’un CAC :

  • Augmentation de capital
  • Fusion
  • Apport en nature lors de la création d’une société, d’un versement d’un acompte sur dividendes, etc.

Le conseil de Mathieu

« Attention à ne pas vous faire pièger en cas de dépassement de seuils, les sanctions pour les dirigeants étant d’ordres civil et pénal. »

Mathieu Chauveau, Expert-comptable
Le conseil de Mathieu, Expert-Comptable
Cet article vous a plu ?
Note moyenne : 0/5 (0 vote(s))

Sur le même sujet

comptabilite en ligne 12
La réserve légale d’une société : qu’est-ce que c’est ?

À la clôture de l’exercice comptable et après l’établissement de leurs comptes

comptabilite en ligne 24
SARL : comment distribuer les dividendes ?

À la clôture de l’exercice comptable de votre SARL vient le moment d’approuver les comptes annuels et de décider

comptabilite en ligne 4
[Vidéo] Les formalités juridiques annuelles

Les formalités juridiques annuelles : qui est concerné ? De quoi se composent-elles ? Réponses en vidéo avec notre série "Les conseils de Mathieu"