Quelles différences entre SARL et SAS ?

La SARL et la SAS sont les formes de sociétés les plus répandues en France. Et si la SARL reste la favorite, la SAS gagne de plus en plus de terrain. Présentant de nombreux points communs, leurs spécificités sont à prendre en compte dans le cadre d’une création d’entreprise.

Créer une SARL ou une SAS

La société à responsabilité limitée (SARL) et la société par actions simplifiées (SAS) sont deux formes juridiques pouvant être constituées par un associé unique. Dans ce cas, il s’agira d’une EURL ou d’une SASU. Il n’y a aucune limite concernant le nombre d’associé pour une SAS. En revanche, pour une SARL, il est limité à 100 associés.

Concernant les modalités et procédures de création, elles sont toutes deux relativement proches. En effet, la création d’une SARL ou d’une SAS va imposer de compléter un formulaire M0, la rédaction de statuts, la publication d’un avis de constitution, etc.

L’apport en capital social est également obligatoire et ne comporte ni plancher ni plafond, pour une SARL et une SAS. Chaque associé doit faire un apport qu’il soit effectué en numéraire, en nature ou en industrie. Notez cependant, qu’il existe ici une différence : en effet, pour une SAS, tout apport en nature doit faire l’objet d’un rapport d’un commissaire aux apports. Selon les apports des associés, le capital social sera ensuite réparti en parts sociales dans une SARL, et en actions dans une SAS. Dans les deux situations, la responsabilité des associés sera limitée au montant de leurs apports (sauf en cas de faute de gestion).

Comment ça fonctionne ?

Une SARL est dirigée par un gérant (ou plusieurs gérants), personne physique, qui n’est pas obligatoirement associé. En revanche, une SAS est dirigée par un président unique, personne physique ou morale (et éventuellement un vice-président et un directeur général). Tous deux sont nommés dans les statuts. Quant au conjoint du dirigeant, celui-ci peut opter pour le statut du conjoint associé ou salarié dans une SARL et une SAS. Celui du statut de conjoint collaborateur est uniquement possible dans les SARL.

En règle générale, si vous projetez de codiriger votre entreprise c’est la SARL qui sera privilégiée. Toutefois, si vous souhaitez diriger seul(e) votre entreprise, la SAS sera probablement plus adaptée.

En matière de fonctionnement, la gestion d’une SARL est plus stricte que celle d’une SAS. En effet, le fonctionnement d’une SARL est encadré par le Code de Commerce et laisse donc peu de liberté dans l’organisation. En revanche, une SAS bénéficie d’un mode d’organisation très souple puisque ses règles de fonctionnement sont majoritairement définies par les actionnaires lors de la rédaction des statuts de la société. Les associés disposent alors d’une grande liberté pour faire fonctionner leur société. Si la SARL peut paraître plus contraignante, elle permet aussi de sécuriser les associés. Et inversement, si la SAS permet de disposer d’une plus grande liberté, elle peut être plus risquée pour les associés.

Quel régime social ?

Les dirigeants de SAS sont assimilés salariés et bénéficient de la protection sociale prévue par le régime de la Sécurité sociale. Dans une SARL, le gérant, s’il est majoritaire, sera affilié au régime des travailleurs indépendants en sa qualité de travailleur non salarié (TNS).

En comparaison d’un dirigeant assimilé salarié, le statut TNS présente l’intérêt de payer moins de cotisations sociales sur sa rémunération. Toutefois, la protection sociale est moins complète, notamment au niveau de la retraite. Notez également, que les dividendes d’un gérant de SARL sont potentiellement et partiellement soumis à cotisations sociales tout comme sa rémunération, tandis qu’il est plus opportun d’opter pour un arbitrage rémunérations/dividendes dans une SAS.

Il s’agit de paramètres essentiels à prendre en compte selon vos objectifs : maximiser sa rémunération immédiate, optimiser sa rémunération différée, accumuler des droits en termes de retraite, etc.

Au niveau du régime fiscal, la SARL (hors SARL familiale) et la SAS sont imposables à l’impôt sur les sociétés. Elles ont également toutes deux la possibilité d’opter, temporairement et sous certaines conditions, pour une imposition des bénéfices à l’impôt sur le revenu.

 

Vous l’aurez sans doute compris, ces deux formes juridiques présentent chacune leurs propres avantages. Pour effectuer le choix de votre future entreprise, il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble des paramètres qui seront les mieux adaptés à votre projet et votre situation. Pour être sûr de faire le bon choix, nous vous conseillons de faire appel aux conseils d’un professionnel.


Le conseil de l'expert

« Le choix entre ces deux formes de société est crucial dans la vie d'un entrepreneur, demandez systématiquement l'avis d'un expert-comptable pour qu'il analyse votre situation et vous oriente vers la meilleure solution possible."


Nous pouvons vous aider

Solution Decollage

Vous avez le projet de créer ou reprendre une entreprise ? Nos experts vous aident à valider la viabilité de votre projet et vous accompagnent pas à pas dans vos démarches :

  • Bénéficiez d’un « rendez-vous projet » personnel en visioconférence avec votre expert dédié pour évoquer vos questions liées à la création de votre entreprise.
  • Accès à l'espace en ligne de suivi et de gestion de votre activité. Depuis votre espace personnel accessible 24/7, affectez vos opérations bancaires, suivez vos chiffres clés et tableaux de bord en temps réel, stockez vos documents en toute sécurité.

Ça Compte Pour Moi est un cabinet d’expertise comptable en ligne, de conseil et d’accompagnement inscrit à l’Ordre des Experts-Comptables.


A lire aussi